Empreinte digitale / P. Favaro. - T. Magnier, 2016. - (Nouvelles)

Nous pouvons toujours compter sur Patrice Favaro pour proposer des ouvrages en phase avec les préoccupations sociétales. Dans ce recueil de quatre nouvelles en écho les unes aux autres, c'est une évolution du monde en quatre périodes qu'il propose.
Dans Rien à cacher, un certain Ramzi Alkantara est contacté par le ministère de la Défense pour participer à un programme de reconnaissance faciale. Devant l'objectif annoncé : « repérer les terroristes sur le point de commettre un attentat », Ramzi se laisse convaincre. Bientôt on le convoque non plus en tant qu'assistant du programme mais en tant que coupable...
Dans Stop the Cyborgs, à l'ère des transhumanistes, la surveillance s'est dotée de nouveaux moyens : drones en vol autonome, agents infiltrés. Tout est sous contrôle...
Quelques années et quelques pages plus tard, c'est d'Histoire, de passé dont il s'agit. La firme Empreinte digitale est là pour organiser la sauvegarde de tous les documents du monde, dans un système généralisé et ultra puissant de cloud computing. Qui dit contrôle dit informations expurgées. Comment accéder alors à la vérité du monde ?
Dans la dernière nouvelle Une fragile connexion, l'intelligence artificielle a trouvé son point d'achoppement avec l'avènement des cités bulles hors desquelles l'homme ne peut pas vivre.
Un homme, Loup gris, a échappé à l'apocalypse. Un homme autrefois appelé Alkantara...
Un homme averti en vaut deux, est surtout capable de traverser, un tant soit peu épargné, les outrances de l'homme.
Dans un contexte d'état d'urgence, qui pourrait être maintenu jusqu'à l'éradication de Daesh (!), qui permet d'assigner à résidence toute personne lorsqu’il existe "des raisons sérieuses de penser que son comportement constitue une menace", la notion d'intention, dans un contexte de surveillance, prend une dimension inquiétante. De cette mise en garde découle toute une dystopie de ce que pourrait devenir notre monde si nous nous laissons aller à la peur et à l'illusoire sentiment de sécurité que dispenserait une surveillance ultracontrolée.
Voici un des aspects de la mise en garde que nous adresse Patrice Favaro dans ce recueil riche en réflexions, intelligemment construit.
Voir la notice

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire